PRIMAFRANCE

PRIMAFRANCE

jeudi 15 septembre 2016

MAÎTRISE D'OUVRAGE ET 4D

ERREUR SUR LA PERSONNE ?

La 4D restera l’apanage des concepteurs et les acteurs de la construction au sens large du termes (Bureau d'Etude, Méthodes, OPC etc...)
Pour autant se pose la question de la Maîtrise d'Ouvrage. Doit-elle se borner à recevoir un bien et le considérer comme conforme ou non en gérant des pénalités contractuelles uniquement ? Doit-elle au contraire de suivre les étapes d'assemblage ? Dispose-t-elle d'un contrôle, est-ce souhaitable ?

Plusieurs réponses / plusieurs environnement 
La réglementation en France façonne les domaines de la construction. Le droit français aime créer des suma divisio* c'est-à-dire des classifications pour catégoriser et offrir un panel exhaustif de normes: Si le bien est public, la loi MOP s'appliquera au construction BTP, si le bien est privé mais pour un usage public, on lui appliquera un autre corpus de règles. Si le bien est industriel, la construction obéira au droit privé avec une approche contractuelle très forte... pour autant une constante demeure: Qui est responsable de la construction ?

Pas de prolégomènes, juste des faits 
La responsabilité n'est pas l'affaire que d'une somme de droits et d'obligations liés à une personne et selon des règles.  La responsabilité d'un ouvrage à construire repose sur celui qui en acquiert la propriété. Il s'agit d'un bien dont la valeur intrinsèque et la valeur d'usage (bien que parfois distincte) dépendent de son édification. Le propriétaire est donc responsable à plusieurs titres: 
Il confie une mission à un tiers de construire, certes mais sa responsabilité repose sur l'exploitation du bien avant tout. Il a investit et doit disposer d'un bien correspondant à l'usage auquel il le destine. Les malfaçons de toute sorte rendant le bien impropre à son usage et les retards dans la réalisation de l'ouvrage sont tels que tout ce qui se déroule en dehors de ce qu'il avait prévu, constitue un préjudice pour lui. La responsabilité au sens économique du terme reste toujours celle du propriétaire. Il est le grand perdant et même si toute sorte d'assurance viennent réparer son préjudice financier, il ne dispose pas du bien qu'il a souhaité faire construire. Il est condamné à ne pas produire.

En conséquence, sans réduire le propos mais en restant simple et direct: la responsabilité est toujours l'affaire du propriétaire. Il doit veiller à ses intérêts.

Préserver son Investissement - Comment ?
Comme il l'a toujours fait ? Commander un  ouvrage faire jouer la concurrence et tirer les prix vers le bas, obtenir des délais courts de réalisation et "appuyer" sur la manette des pénalités pour faire accélérer le tout ?
Cette approche repose sur une à  vue court terme.
Les Intérêts divergents de chaque partie prenante conduisent pour le constructeur à être le moins disant en termes de délais mais sans pouvoir les tenir et mettre le maître de l'ouvrage en situation de devoir renégocier une fois que le contrat est passé.
Ce jeu du marché est compréhensible mais peu efficace car il impacte durablement sur les délais.
Alors qu'on commence à diversifier les critères de choix des entreprises générales en incluant comme indicateurs clés de performance: la qualité des matériaux,  la maintenabilité et les coûts engendrés, ne devrait-on pas disposer de livrables permettant de vérifier que ces critères sont toujours appliqués ?

BIM demandé,  oui,  mais une labellisation ou un véritable livrable ?
De nombreux projets intelligents et intéressants voient le jour en BIM. Comme il est possible de rassembler sous forme d'attributs des milliers de données sur un objet 3D, la maquette numérique semble donc être le livrable parfait permettant de disposer des informations en temps réel sur l'objet qui sera construit.

Cette labellisation BIM offre de nombreux avantages dont l'ascension se poursuit dans les projets de construction et d'assemblage. Pour autant la construction est un acte dynamique et non statique. Bien qu'on l'appréhende en décomposant des étapes, la mise en mouvement d'un chantier ce sont ses évolutions qui constituent la période durant laquelle des dérives peuvent se produire engendrant le non respect des indicateurs clés de performance.
Comment disposer d'un livrable BIM ?

BIM CONCEPTION / BIM CONSTRUCTION 

la 4D en tant que liaison entre le planning et le modèle 3D offre les moyens de représenter les étapes de la construction de telle sorte que si la cinématique initiale (1er livrable) exprime la méthode constructive. La mise à jour du planning et les décalages visuels constatés (série de livrables durant les réunions d'état d’avancement jusqu'à la réception). ) exprime dans le cadre du projet la réalité des étapes de construction sur le terrain par rapport au prévisionnel (on peut donc constater un changement de méthodes, des retards ou des avances de phases)
Un livrable 4D est un instrument qui mesure la performance (ou de la dérive) au regard des indicateurs clés du projet.
la 4D exprime donc bien cette approche de BIM CONSTRUCTION qu'il est essentiel pour un maître d'ouvrage d'avoir.

Posture du Maître d'Ouvrage : Demander ou Imposer la 4D ?

C'est un faux débat qu'il est nécessaire d'écarter dès le début. Faire passer en force c'est s'exposer à retomber dans le même travers: la Maîtrise d'ouvrage exige, la Maîtrise d'oeuvre fait payer. Personne n'est gagnant. 
Demander c'est s'exposer à des "oui" comme des "non". Dès lors se pose le problème de cohérence du travail. On obtiendra de la 4D partiellement. 

Définir un Cadre de Travail : le CCCTP ou bien la Cahier des Charges 
La maîtrise d'ouvrage dispose du droit à  fixer  un cadre de travail dans lequel, elle va demander aux entreprises de réaliser une procédure 4D (comme elle le demande aujourd'hui pour  une charte BIM) mais elle doit fixer les grandes axes et ne pas se contenter de demander de la 4D sans précisions. La maîtrise d'ouvrage doit décliner ces indicateurs de performance en livrables  à obtenir en 4D de telle sorte que tout au long du projet (Conception/préparation/Exécution) elle puisse (et ce quelque soit le découpage du projet) obtenir des livrables qui lui seront utiles pour valider les étapes ou bien les refuser, les négocier.

Les Avantages de réserver un chapitre BIM CONSTRUCTION 4D dans le cahier des charges / CCTP: 

- disposer d'un cadre de travail en accord avec les objectifs du projet (côté AMOA / MOA) 
- disposer d'une réponse (données par les MOE)  mesurable, quantifiable et comparable 
- lors de l'exécution du chantier, avoir entre les mains des livrables intermédiaires précis, performants et permettant d'accélérer les prises de décisions  - être en mesure de prendre les bonnes décisions - Améliorer la communication entre les parties prenantes et s'assurer une bonne cohésion avec l'ensemble des acteurs du projet. 




La Rédaction 




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire